•  

    23-  Bringing him home - Retour à la maison

     

     

    Très bel article dans le 

     

    par    David Hennessy

     

    Legendary Irish tenor Colm Wilkinson told David Hennessy about how returning home to Ireland after decades in Canada inspired his new song Harcourt Street, how greed and the fast buck has taken over in the city he grew up in and about creating the role of Jean Valjean in Les Miserables.

    Best known for originating the role of Jean Valjean in Les Miserables in the West End and on Broadway, Irish tenor Colm Wilkinson has released his first original release since 2002 in his release, Harcourt Street.

    The song is inspired by how Colm was struck by the changes he could see in Ireland when he recently returned after being based in Toronto for many years.

    Colm told The Irish World: “It’s definitely changed. They’re ripping down these fabulous old buildings and putting up shopping malls and crap. Dublin has just changed dramatically with all that stuff going on.

    “I know it’s an evolving city and it’s hugely ethnically mixed now. There’s streets in Dublin I wouldn’t even recognise. Harcourt Street was a shock to me when I saw it because I remember Harcourt Street not at all tarted up.

    “Okay, it looks great to a certain degree the way the Georgian houses are now in a great state of preservation. At the same time I think they’ve lost a little bit of their authenticity. I think it is an indication of the way things are going Dublin.

    “Everything is being geared towards making money out of things rather than the preservation of the city. I think the city is being sacrificed to the fast buck to a certain degree. I think they’re selling it out.

    “The song is about preserving our cultural landmarks, the song is about how I remember Harcourt Street. It wasn’t as rich in those days. They were rough times but it had something very Irish about it. I think the pursuit of money is just getting in the way of people’s idea of the city. I think it’s about the buck and the fast buck now.

    “We should be preserving the city and its heritage. You walk around Dublin now and you see all these fast food places. It’s about how much you can get for the rent. They don’t give a sh*t what they put in there.

    “You walk down O’Connell Street now and it’s just totally ruined. I couldn’t believe it. I just had to get out of there. It’s so bad. Fast food. Tacky, tacky.

    “I’m of an age that the Dublin i grew up in is no longer there. I don’t expect it to be. I expect progress. I expect people to move with the times and all that. Greed is taking precedence over history and songs and art.”

    Nothing Colm says means that he isn’t glad to be home. Although he lived in Toronto for roughly 30 years, it was always the plan to return home with his wife, Deirdre.

    “I have a strong Irish identity and I never ever lost my Irishness. When I was in Les Miserables, sometimes people would say, ‘The British actor Colm Wilkinson-‘, ‘No, no, no’.

    “That’s what Ted Kennedy used to say, ‘An Irishman in a British produced musical playing a French guy’. A bit like the United Nations. I always identified with my Irishness. I never adapted to the lifestyle in Canada.

    “I feel like I’m home, I’m back home. I’m in my own country. I always felt like a stranger to a certain degree trying to fit into a culture I didn’t really identify with.

    “I’ve been around the world and that was one of the guilt things that i felt: Dragging the kids around the world on my coat tails from gig to gig. Ireland, England, back out to America, to Canada: You’re ripping them out of their roots a lot of the time. That’s why we settled down in Toronto, didn’t want them to uproot them again because of work.

    “My kids are just incredible. Obviously they got it from their mother.

    “I came home here and for the first time in my life, I didn’t have any commercial agendas. I didn’t have to go out and sell myself. Whether you like it or not, whether you know it or not, the minute you get into the entertainment business, you are selling yourself. I don’t mean that in a derogatory way, you’re looking for gigs. You are selling yourself. I’ve been doing that for years. One way or another you’re always trying to get an advance in your career.

    “I came home, had some money for the first time in my life to do exactly what I wanted. There was no commercial agenda, no radio plays in mind, nothing. There was just me putting down the way I felt. I didn’t care if it never came out of the studio. I just wanted to actually put this stuff down. It was just an incredible experience to have that freedom. There was no producer saying, ‘That won’t play on radio, the record company won’t go for that’. I didn’t care about that.

    “It was for no commercial reason, just my own enjoyment.”

    Although his other roles include playing the title role in The Phantom of the Opera and playing Judas Iscariot in Andrew Lloyd Webber’s Jesus Christ Superstar, originating Jean Valjean is what Colm is most proud of in his career.

    “It is the biggest challenge and the widest singing and acting scope and just a great part to play: Spritual, conquering adversity, triumphant in the end and wonderful, wonderful story. And we thank Victor Hugo for that wonderful story that we were all allowed to play. The book was my bible when I played the part. If you lose focus for a little bit, just get back to the book, my bible as I called it. That’s what Hugh Jackman used to call it. He was always with his bible.”

     

    He remembers a funny conversation that may not have involved him but led to him being cast in the role. Director Trevor Nunn told Andrew Lloyd Webber’s frequent collaborator Tim Rice he was having trouble finding his leading man.
    “Tim said, ‘What’s the problem? What are you looking for?’ Trevor said, ‘I’m looking for somebody who looks like a convict, can carry a guy on his back and sing like an angel’. And Tim Rice said, ‘That’s Colm Wilkinson.
    “I look like a convict!
    “I got the gig. Tim was the guy who recommended me for it.”
    Colm worked with Hugh Jackman when the Australian actor took on the part of Jean for the 2012 movie adaptation where Colm played the Bishop.

    Colm with Hugh Jackman in a scene from the movie.

    “I wouldn’t impose my views on any other singer but Hugh, of course, was always telling me how much he had listened to me growing up and there were certain things in it that he was talking to me about. I said, ‘Look, do you want me to talk to you about it?’ And he said, ‘Yeah, I would love to talk to me about it’. So we discussed certain aspects and basically what I said to him was: ‘Just find your own way of doing it. You don’t sing like me. I don’t sing like you. You have to do it your way and I do it my way. Unforunately a lot of guys had to copy me onstage because of the way I sang Bring Him Home, because the song was written for me and I did the song that way and I found that is the way I expressed the emotion of the song. You have to find your way. Whatever honesty and truth comes out, that’s yours.

    “So he was delighted with that and he was such a gracious guy and fantastic to work with.”

    Recent years have seen movements like #metoo. Colm welcomes talk of sexuality equality.

    “I absolutely endorse that. I think women have been exploited left, right and centre for years. I’ve always endorsed equality for women. I grew up in a house with six sisters. You learn very quickly that women are strong and articulate people and you learn to respect women very quickly.

    “If you look at any of the voices of people fighting for their rights, 99% of the time it’s fronted by women because they have the courage to speak out. They have definitely got the courage that men don’t have.”

    Harcourt Street by Colm Wilkinson is out now.

     


    Le légendaire ténor irlandais Colm Wilkinson a raconté à David Hennessy comment son retour en Irlande après des décennies passées au Canada lui a inspiré sa nouvelle chanson Harcourt Street, comment la cupidité et l'argent rapide ont pris le dessus dans la ville où il a grandi et comment il a créé le rôle de Jean Valjean dans Les Misérables.

    Mieux connu pour avoir créé le rôle de Jean Valjean dans Les Miserables dans le West End et à Broadway, le ténor irlandais Colm Wilkinson a sorti son premier disque original depuis 2002, Harcourt Street.

    La chanson est inspirée par la façon dont Colm a été frappé par les changements qu'il a pu constater en Irlande lors de son récent retour après avoir été basé à Toronto pendant de nombreuses années.

    Colm a déclaré à The Irish World :

    "Il a définitivement changé. Ils démolissent ces vieux bâtiments fabuleux et installent des centres commerciaux et des merdes. Dublin vient de changer radicalement avec tout ce qui se passe.

    "Je sais que c'est une ville en pleine évolution et qu'elle est très mélangée sur le plan ethnique. Il y a des rues à Dublin que je ne reconnaîtrais même pas. Harcourt Street a été un choc pour moi quand je l'ai vue, parce que je me souviens qu'elle n'était pas du tout goudronnée.

    "Ok, ça a l'air bien dans une certaine mesure comme les maisons géorgiennes sont maintenant dans un grand état de conservation. En même temps, je pense qu'elles ont perdu un peu de leur authenticité. Je pense que c'est une indication de la façon dont les choses se passent à Dublin.

    "Tout est orienté vers l'argent plutôt que vers la préservation de la ville. Je pense que la ville est en quelque sorte sacrifiée au profit de l'argent rapide. Je pense qu'ils la vendent.

    "La chanson parle de la préservation de nos repères culturels, la chanson parle de la façon dont je me souviens de Harcourt Street. Ce n'était pas aussi riche à l'époque. C'était une époque difficile, mais elle avait quelque chose de très irlandais. Je pense que la poursuite de l'argent ne fait que nuire à l'idée que les gens se font de la ville. Je pense que c'est une question d'argent et d'argent rapide maintenant.

    "Nous devrions préserver la ville et son patrimoine. Vous vous promenez dans Dublin maintenant et vous voyez tous ces fast-foods. Il s'agit de savoir combien vous pouvez obtenir pour le loyer. Ils se fichent de ce qu'ils y mettent.

    "Vous marchez dans O'Connell Street maintenant et c'est juste totalement ruiné. Je ne pouvais pas le croire. Il fallait que je sorte de là. C'est tellement mauvais. Le fast food. De mauvais goût, de mauvais goût.

    "Je suis d'un âge où le Dublin dans lequel j'ai grandi n'existe plus. Je ne m'attends pas à ce qu'il le soit. Je m'attends à du progrès. Je m'attends à ce que les gens évoluent avec leur temps et tout ça. La cupidité prend le pas sur l'histoire, les chansons et l'art".

    Rien de ce que dit Colm ne signifie qu'il n'est pas content d'être chez lui. Bien qu'il ait vécu à Toronto pendant environ 30 ans, il a toujours eu l'intention de rentrer chez lui avec sa femme, Deirdre.

    "J'ai une forte identité irlandaise et je n'ai jamais perdu mon irlandaisité. Quand j'étais dans Les Misérables, les gens disaient parfois : "L'acteur britannique Colm Wilkinson...", "Non, non, non".

    C'est ce que Ted Kennedy disait : "Un Irlandais dans une comédie musicale produite par les Britanniques jouant un Français". Un peu comme les Nations unies. Je me suis toujours identifié à mon irlandais. Je ne me suis jamais adapté au mode de vie au Canada.

    "J'ai l'impression d'être chez moi, je suis de retour à la maison. Je suis dans mon propre pays. Je me suis toujours senti comme un étranger, dans une certaine mesure, essayant de m'intégrer dans une culture à laquelle je ne m'identifiais pas vraiment.

    "J'ai fait le tour du monde et c'est une des choses qui m'a fait culpabiliser : Traîner les enfants autour du monde sur mes queues de manteau de concert en concert. L'Irlande, l'Angleterre, le retour en Amérique, au Canada : Vous les arrachez souvent à leurs racines. C'est pourquoi nous nous sommes installés à Toronto, nous ne voulions pas qu'ils se déracinent à nouveau à cause du travail.

    "Mes enfants sont tout simplement incroyables. De toute évidence, ils tiennent ça de leur mère.

    "Je suis rentré ici et pour la première fois de ma vie, je n'avais pas d'objectifs commerciaux. Je n'avais pas besoin de sortir et de me vendre. Que vous le vouliez ou non, que vous le sachiez ou non, dès que vous entrez dans le monde du spectacle, vous vous vendez. Je ne veux pas dire par là que vous cherchez des concerts. Vous vous vendez. Je fais cela depuis des années. D'une manière ou d'une autre, vous essayez toujours d'obtenir une avancée dans votre carrière.

    "Je suis rentré à la maison, j'avais de l'argent pour la première fois de ma vie pour faire exactement ce que je voulais. Il n'y avait pas d'agenda commercial, pas de pièces radiophoniques en tête, rien. Je me suis contenté de mettre en place ce que je ressentais. Je me fichais que ça ne sorte jamais du studio. Je voulais juste poser tout ça. C'était une expérience incroyable d'avoir cette liberté. Aucun producteur n'a dit : "Ça ne passera pas à la radio, la maison de disques ne veut pas de ça". Cela ne m'intéressait pas.

    "Ce n'était pas pour une raison commerciale, juste pour mon propre plaisir."

    Bien que ses autres rôles incluent le rôle titre du Fantôme de l'Opéra et celui de Judas Iscariot dans la Superstar de Jésus-Christ d'Andrew Lloyd Webber,  Jean Valjean est ce dont Colm est le plus fier dans sa carrière. 


    "C'est le plus grand défi et la plus grande portée de chant et de jeu d'acteur et juste un grand rôle à jouer : Spirituel, vaincre l'adversité, triompher à la fin et une merveilleuse, merveilleuse histoire. Et nous remercions Victor Hugo pour cette merveilleuse histoire que nous avons tous eu le droit de jouer. Le livre était ma bible quand j'ai joué le rôle. Si vous perdez un peu de vue, revenez simplement au livre, ma bible comme je l'ai appelée. C'est comme ça que Hugh Jackman l'appelait. Il était toujours avec sa bible."

    Il se souvient d'une conversation amusante qui ne l'a peut-être pas impliqué, mais qui lui a valu d'être choisi pour le rôle. Le réalisateur Trevor Nunn a dit à Tim Rice, collaborateur fréquent d'Andrew Lloyd Webber, qu'il avait du mal à trouver son premier rôle.
    Tim a dit : "Quel est le problème ? Qu'est-ce que tu cherches ? Trevor a répondu : "Je cherche quelqu'un qui ressemble à un détenu, qui peut porter un homme sur son dos et chanter comme un ange". Et Tim Rice a dit : "C'est Colm Wilkinson.
    "Je ressemble à un détenu !
    "J'ai le concert. C'est Tim qui m'a recommandé pour ça."
    Colm a travaillé avec Hugh Jackman quand l'acteur australien a repris le rôle de Jean pour l'adaptation cinématographique de 2012 où Colm jouait l'évêque.

    "Je ne voudrais pas imposer mes vues à un autre chanteur mais Hugh, bien sûr, me disait toujours combien il m'avait écouté en grandissant et il y avait certaines choses dont il me parlait. Je lui disais : "Écoute, tu veux que je t'en parle ? Et il m'a répondu : "Oui, j'aimerais beaucoup ". Nous avons donc discuté de certains aspects et je lui ai dit en gros : "Trouve ta propre façon de faire. Vous ne chantez pas comme moi. Je ne chante pas comme vous. Vous devez le faire à votre façon et je le fais à ma façon. Malheureusement, beaucoup de gars ont dû me copier sur scène à cause de la façon dont j'ai chanté Bring Him Home, parce que la chanson a été écrite pour moi et que je l'ai faite de cette façon et c'est la façon dont j'ai exprimé l'émotion de la chanson. Vous devez trouver votre voie. Quelle que soit l'honnêteté et la vérité qui en ressortent, c'est la vôtre.

    "Il était donc ravi de cela et c'était un type si gracieux et fantastique avec qui travailler."

    Ces dernières années ont vu des mouvements comme #metoo. Colm se réjouit des discussions sur l'égalité des sexes.

    "Je suis tout à fait d'accord avec ça. Je pense que les femmes ont été exploitées à gauche, à droite et au centre pendant des années. J'ai toujours soutenu l'égalité des femmes. J'ai grandi dans une maison avec six soeurs. On apprend très vite que les femmes sont fortes et s'expriment bien et on apprend très vite à respecter les femmes.

    "Si vous regardez les voix des personnes qui se battent pour leurs droits, 99% du temps, elles sont portées par des femmes parce qu'elles ont le courage de s'exprimer. Elles ont certainement le courage que les hommes n'ont pas".

    Harcourt Street de Colm Wilkinson est maintenant sorti.

     

     

     

     


    18 commentaires
  •  

     

    Ce 7 juin Jour des mamans

     

    Chaque dernier dimanche de mai se présente la date de la fête des mères.

    Une exception veut que si la Pentecôte tombe le dernier dimanche de mai, comme c'est le cas en 2020, la date de la fête des mères soit reportée au dimanche suivant.

     

    Le deuxième dimanche de mai, qui crée chaque année la confusion dans l'esprit de nombreux Français (qui craignent alors d'avoir laissé passé la fête des mères !) rime quant à lui avec Fête des mères dans de nombreux pays, comme la Belgique, la Suisse, l'Espagne ou encore les Etats-Unis.

     

     

    BONNE FÊTE A TOUTES LES MAMANS 

     

    Pour les fêter  

    une belle chanson  , touchante dans sa simplicité, sa sincérité  et l'émotion dégagée .

    Elle est écrite par Colm Wilkinson qui rend hommage à travers elle à sa mère .

    C'est une chanson de 2017 et il n'y en a aucun enregistrement CD .

    Autorisation de diffusion par Mr Colm Wilkinson  .  

     

    Live audio concert Irish Tour 2017

     

    Choeur Siobhan Pettit et Aine Whelan 

     

     

     

     

    Whoooo ...

    Quand j'étais un petit garçon,

     j'entendais ma mère chanter.

    Cela  changea ma vie pour toujours.

     Sa voix pure et juste flottait  dans l’air

    alors que je l’écoutais dans l'obscurité des escaliers.

     

    Chante , Chante  longtemps,

    Sa voix, ma voix, sa chanson.

    Chante, Chante longtemps, 

    Sa voix, ma voix, sa chanson.

     

    Je devais faire résonner ces notes

    Et les envoyer au paradis 

    Tout comme elle l'avait fait avant moi.

    Alors j'ai élevé ma voix,

    Je n'avais pas le choix,

    Et j’ai senti son amour tout autour de moi.

     

    Chante, chante longtemps

    Sa voix, ma voix, sa chanson.

    Chante, chante longtemps,

    Sa voix, ma voix, sa chanson.

     

    Whoooo ...

     

    Je chante  toujours sa chanson, bien qu'elle soit partie.

    Et je semble laisser ce monde derrière moi.

    Son visage et son sourire,

    Elle vit pour  un  instant

    Et je sais qu'elle est là pour me le rappeler.

     

    Chante, chante longtemps,

    Sa voix, ma voix, sa chanson.

    Chante, chante longtemps,

    Sa voix, ma voix, sa chanson.

     

    Chante, Chante longtemps

     Mon fils .

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    Happy 76th Birthday Mr Colm Wilkinson

     

     

     

    Ce 5 juin Colm Wilkinson fête ses 76 ans  .

     

    Pour l'occasion deux pépites 

     

    A Song For You

    Chanson de l'auteur-compositeur-interprète américain Leon Russell

     Ray Charles ayant remporté un Grammy pour sa version

     La version de Colm me file des frissons  -

    Une pure petite merveille extraite de son album "My Best Friends Are Songs".

    Fermez les yeux ... Ecoutez ...

     

     

     

     

    MLK/Istill Haven't Found What I Am Looking For

    Deux chansons de U2 qu'il ne fait qu'une .

    Live PBS 1998

     

     

     

     

     

    Happy 76th Birthday Mr Colm Wilkinson

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires