• THE PHANTOM OF THE OPERA

    N° de Page avant l'article

    Page No. before article

     02 Le début de l'aventure / 03 Prologue - ouverture- the dress rehersal- think of me / 04 The mirror / 05 Music of the Night / 06 All I ask you-I gave you my music / 07 Masquerade-why so silent -Wandering child-bravo monsieur / 08 The point of no return / 09 Phantom's lair / 10 The phantom Cast Toronto / 11 25 ans cast canadien I / 12 25 ans cast canadien II / 13 La première Musique de la nuit  / 14 music of the night live 92 / 15 cadeau Colm départ du cast canadien / 16 Bane- the phantom? / 17 The phantôme - theâtre Mogador / 

     

  •  

    The Phantom Of The Opéra

     

    THE PHANTOM OF THE OPERA

     

      

    Présentation de la comédie musicale

    Comédie écrite pour la musique par Andrew Llyod Webber , livret de Charles Hart , basé sur le roman de Gaston Leroux "Le fantôme de l'Opéra" . Début à Sydmonton en 1985 avec Colm Wilkinson et Sarah Brightman , mouture définitive à West-End en 1986 avec Michael Crawford - Colm jouant dans Les Misérables- et Sarah Brightman  toujours à l'affiche à Londres .

     

    L'intrigue se déroule à la fin du XIX siècle à l'Opéra de Paris . 

     

    Quand la principale chanteuse de l’opéra Hannibal manque de se faire tuer (par un fantôme ?), on la remplace par la jeune soprano Christine Daaé. Cette jeune chanteuse prend des cours avec le mystérieux « Ange de la Musique »…. Derrière ce nom se cache en fait le fantôme de l’Opéra, un génie, défiguré et féru de musique qui hante les couloirs de l'Opéra. Ce compositeur trouve en Christine son inspiration et manipulera tous les acteurs de l’Opéra pour la mettre en valeur. Mais il en tombe follement amoureux et quand il s’aperçoit que Christine est éprise de Raoul, la fureur s’empare de lui : il leur déclare alors la guerre, kidnappe Christine et envisage le meurtre de Raoul.

    En choisissant l’Opéra de Paris comme décor l' histoire est sous le signe de la musique. Elle est omniprésente. Ellle est le lien qui réunit le Fantôme et sa muse. Elle est la personnification de l’amour impossible de la belle Christine et du monstre caché. Comme dans  La Belle et la Bête, on retrouve ici l’image de l’être défiguré qui cache une beauté intérieure telle que son aimée ne peut qu’éprouver de la tendresse à son égard. L’aspect monstrueux du Fantôme est compensé par la musique qui est en lui. C’est un être double parfaitement représenté dans ses dénominations : il est tantôt le Fantôme de l’Opéra, tantôt l’Ange de la Musique. 

     

     

    Les discussions sont sans fin parmis ceux qui aiment Le Fantôme de l'Opéra pour désigner le meilleur fantôme comme si la musique était une compétition sportive !!!!! il n'y a pas de vainqueurs juste des chanteurs à l'immence talent, aux timbres de voix différents ,aux interprètations différentes qui nous touchent plus ou moins suivant notre propre appréhension du rôle joué .

    Nous avons donc des préférences plus ou moins marquées pour l'un ou l'autre interprètes . J'avoue que Mickael Crawford est un merveilleux chanteur mais son interprètation est très très très romantique , beaucoup trop pour moi il me fait penser à un fantôme assexué qui ne brûle pas d'amour charnel pour Christine . Il est plus ange que fantôme .

    Beaucoup voient le personnage ainsi , le personnage est donc plus lisse , plus attendu, je n'arrive même pas à le détester et par la même à l'aimer et à comprendre son désespoir et sa solitude finale . Il s'agit juste de ressentis, d'émotions et de perceptions . Personne n'a tord ou raison .

    J'avoue - bon vous vous en doutiez - que le fantôme de Colm me fascine totalement , il est beaucoup plus "animal" il aime , il désire et il veut posséder l'esprit de Christine et son corps . Je le déteste vraiment dans cette folie amoureuse et l'amour et la compassion qu'on lui porte est à la hauteur de la détestation . Et on finit par pester après cette "idiote" de Christine qui ne voit pas plus loin que son nez . Mais le désespoir du fantôme est beau , est grand , tout son amour est là à la fin quand il n'a plus son masque, le meilleur de lui-même était cette partie cachée par le masque .

    Petite vidéo de publicité pour la production canadienne où jouaient Colm Wilkinson de 1989 à 1994 soit au total 1700 représentations et Rebecca Caine .

    Du bonheur absolu .

     

     

     

    Yahoo! Pin It

    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique