• If - Rudyard Kipling Tu seras un homme mon fils Bernard Lavilliers

     

    Rudyard Kipling

    Rudyard Kipling

    Bernard Lavilliers

    Bernard Lavilliers

     

     

    If - Rudyard Kipling Tu seras un homme mon fils Bernard Lavilliers

     

     

    Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
    Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
    Sans un geste et sans un soupir ;
    Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
    Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre,
    Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
    Pourtant lutter et te défendre ;

    Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
    Travesties par des gueux pour exciter des sots,
    Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
    Sans mentir toi-même d'un mot ;
    Si tu peux rester digne en étant populaire,
    Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
    Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
    Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

    Si tu sais méditer, observer et connaître,
    Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
    Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
    Penser sans n'être que penseur ;
    Si tu sais être dur, sans jamais être en rage,
    Si tu sais être brave et jamais imprudent,
    Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
    Sans être moral ni pédant ;

    Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
    Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
    Si tu peux conserver ton courage et ta tête
    Quand tous les autres les perdront,
    Alors les Rois les Dieux la Chance et la Victoire
    Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
    Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
    Tu seras un homme mon fils !
    --------------------------------------------------------------------------------

    Kipling a écrit ce poème à l'attention de son unique fils, John, âgé alors de 13 ans en 1910.


    Ce dernier meurt lors de son premier assaut, durant l'attaque de Chalk Pit Wood à la bataille de Loos en 1915. Son corps ne fut pas retrouvé. Jusqu'à sa mort en 1936, Rudyard Kipling procéda à des fouilles dans la région pour retrouver les preuves de sa mort ou la dépouille de son fils

    Kipling choisit  la phrase célèbre, « Leur nom vivra à jamais », tirée de la Bible qui fut inscrite sur les pierres du souvenir des sépultures les plus importantes et c'est à lui que l'on doit l'inscription  qui figure sur la tombe des soldats inconnus britanniques :

    "Known unto God" (Connu seul de Dieu).

     

    En 1991, la tombe du lieutenant John Kipling fut enfin identifiée de manière concluante...

    If you can keep your head when all about you   
        Are losing theirs and blaming it on you,   
    If you can trust yourself when all men doubt you,
        But make allowance for their doubting too;   
    If you can wait and not be tired by waiting,
        Or being lied about, don’t deal in lies,
    Or being hated, don’t give way to hating,
        And yet don’t look too good, nor talk too wise:

    If you can dream—and not make dreams your master;   
        If you can think—and not make thoughts your aim;   
    If you can meet with Triumph and Disaster
        And treat those two impostors just the same;   
    If you can bear to hear the truth you’ve spoken
        Twisted by knaves to make a trap for fools,
    Or watch the things you gave your life to, broken,
        And stoop and build ’em up with worn-out tools:

    If you can make one heap of all your winnings
        And risk it on one turn of pitch-and-toss,
    And lose, and start again at your beginnings
        And never breathe a word about your loss;
    If you can force your heart and nerve and sinew
        To serve your turn long after they are gone,   
    And so hold on when there is nothing in you
        Except the Will which says to them: ‘Hold on!’

    If you can talk with crowds and keep your virtue,   
        Or walk with Kings—nor lose the common touch,
    If neither foes nor loving friends can hurt you,
        If all men count with you, but none too much;
    If you can fill the unforgiving minute
        With sixty seconds’ worth of distance run,   
    Yours is the Earth and everything that’s in it,   
        And—which is more—you’ll be a Man, my son!

    Source Wikipédia

    Rudyard Kipling, né à Bombay, alors en Inde britannique, le 30 décembre 1865 et mort à Londres, le 18 janvier 1936, est un écrivain britannique.

    Ses ouvrages pour la jeunesse ont connu dès leur parution un succès qui ne s'est jamais démenti, notamment Le Livre de la jungle (1894), Le Second Livre de la jungle (1895), Histoires comme ça (1902), Puck, lutin de la colline (1906). Il est également l'auteur du roman Kim (1901), de poèmes (Mandalay (1890), Gunga Din (1865) et Tu seras un homme, mon fils (1910) sont parmi les plus célèbres) et de nouvelles, dont L'Homme qui voulait être roi (1888) et le recueil Simples contes des collines (1888). Il a été considéré comme un « innovateur dans l'art de la nouvelle »1, un précurseur de la science-fiction et l'un des plus grands auteurs de la littérature de jeunesse. Son œuvre manifeste un talent pour la narration qui s'est exprimé dans des formes variées.

    Cependant, Kipling a été souvent considéré comme un « prophète de l'impérialisme britannique », selon l'expression de George Orwell. La controverse au sujet des préjugés et du militarisme qui seraient présents dans son œuvre a traversé tout le xxe siècle.

    La 1 ère guerre mondiale changea avec la perte de son fils  sa vision . Kipling  éprouva un sentiment de culpabilité pour avoir contribué à faire entrer son fils dans la garde irlandaise de la British Army, alors que le jeune homme avait été réformé à cause de sa myopie .

    Il écrivit ces lignes

    « Si quelqu'un veut savoir pourquoi nous sommes morts, / Dites-leur : parce que nos pères ont menti. »

     

     

    Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    12
    geoss
    Jeudi 16 Novembre à 11:42

    Bonjour Nadine

    Très belle chanson de Lavillier

    bonne journée à toi bisous ... Georges

    11
    Dimanche 12 Novembre à 10:25

    Coucou ma Nadine,

    Je viens en ce Dimanche me plonger avec ta nouvelle publication.

    Encore un grand BRAVO pour ce magnifique travail que tu réalises à chaque fois.

    Tu as un blog unique et j'apprends à connaitre ce grand monsieur que je ne connaissais pas avant.

    Bises et amitié de Tonton Jeanhe.

    10
    Samedi 11 Novembre à 09:59

    Bonjour

    exceptionnellement ce samedi je viens sur les blogs d'EKLA
    en principe je me repose le weekend
    mais jour férié et mon seul congé, emploi oblige
    maintenant les samedis je travaillerai toute la journée
    pendant mon contrat de 3 mois renouvelable


    PS
    ce petit commentaire prévenant et avertisseur
    a été, est, sera copié collé sur plusieurs blogs dans mes favoris d'EKLA

    9
    Samedi 11 Novembre à 08:12

    C'est toujours un plaisir que de relire ce texte, mais j'ignorais son histoire et la tragédie de la vie de Kipling tout comme j'ignorais que Lavillers avait mis ce beau texte en musique

    Amicalement

    Claude

    8
    Vendredi 10 Novembre à 17:57

    Bonsoir ma douce amie Nadine

    une très belle chanson avec des paroles émouvantes, j'aime beaucoup Bernard Lavilliers.

    Quelle tristesse pour cet homme d'avoir perdu son fils dans ces circonstances dramatiques.

    Je viens te souhaiter un beau WE qui je l’espère sera doux et ensoleillé, nous des pluies fortes sont annoncées mais depuis le temps qu’on attendait la pluie, elle arrive enfin. Merci pour ton gentil passage.

    Gros bisous d’amitié de mon île intense. 

     

    7
    mimi07
    Vendredi 10 Novembre à 11:32

    coucou ma nad!!!

    je suis tres fatiguer,j'ai du prendre un peu froid

    puis du soucis avec mon frere!!!enfin c'est comme ça

    je te souhaite un bon weekend avec des gros bisous

    bon weekend

     

    6
    Vendredi 10 Novembre à 10:53

    Coucou Nadine

    Avec des "si" on voudrait refaire le monde...

    Hélas il est ce que nous en avons faits...

    mais une superbe chanson.

    bonne journée

    bisous mon amie

    5
    Vendredi 10 Novembre à 10:51

    Bonjour,

    merci de ce partage different de Colm,

    un bon titre bien adapté en français,

    parfois les adaptations sont bien décevantes là en reprenant le theme,

    et d'autres paroles qui donnent quand meme une bonne adaptation

    4
    escapade40
    Vendredi 10 Novembre à 09:57

    Bonjour Nadine et merci pour cette superbe version ayant un lyrique émouvant !. J'aime la voie de ce chanteur et belle vidéo . Bon week end Nadine , gros bisous 

    3
    Vendredi 10 Novembre à 09:53

    moi aussi je te souhaite un très bon week-end mais pas avant de bien terminer la semaine cool

    gros bisous

    2
    Oncle Dan
    Vendredi 10 Novembre à 09:47

    Bonjour ma Nadine .

    MERCI d ' être venue réécouter l 'une des chansons de

    JACQUELINE  TAÏEB . cool

    MERCI de cette nouvelle publication .

    J ' ♥ énormément les paroles de cette chanson .  yes

    MERCI DU PARTAGE .

    Gros bisous ...  D♥niel

    1
    Vendredi 10 Novembre à 09:38
    Très belle version de cette chanson.
    Gros bisous du vendredi avec une bonne fin de semaine amitié Mado
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :