• Article - Irlandais de l'Année - 2017 " Born To Sing"

     

    De "Born to Sing" à "One "

    Colm C. T. Wilkinson - Born To Sing  1978

     

    Colm Wilkinson doit être honoré lors d'un déjeuner le dimanche 5 mars, à midi, au Hilton de Toronto au centre-ville, Toronto 2017 Irish Person of the Year,

    Un superbe article vient d'être publié dans Celtic -Canada le 23 février 2017 sous la plume de Eleanor Reynolds   et ce titre 

    Irish Person Of The Year – 2017 “Born To Sing”

    https://celticcanada.com/irish-person-year-2017-born-sing/

    Colm Wilkinson, Toronto’s Irish Person of the Year for 2017 was born in the Dublin suburb of Drimnagh in 1944. He arrived ‘somewhere in the middle’ of 10 children born into a very musical household lead by his Belfast born Father Tommy, a talented Banjo player, and his Crossmolina, Co. Mayo born Mother, Margaret (McDonnell), an accomplished singer and a keen participant in amateur dramatics. It would of course be a massive understatement to say that these strong musical and theatrical genes have served Colm well over the course of his long and storied career, a career which has seen him join the small handful of Irishmen or women who have reached the absolute pinnacle of their chosen profession. Brian O’Driscoll, Rory McIlroy, Katie Taylor, U2, Conor McGregor, Colm Wilkinson…arguably rank among the few Irish to reach world number 1 status. Colm’s career progression hasn’t always been linear or straightforward, but the powerful combination of exceptional
    talent and strong work ethic ensured that he would reach the top.

    In researching and charting the path of his career what really becomes apparent is that the man is above all else, a hard grafter. One can see how someone with that work ethic would be worth his weight in gold to a Producer trying to cast a show with a reliable workhorse of a front man! A brief chronology of his career (thus far) would include stints singing advertising jingles, touring the Irish cabaret circuit, competing in the Eurovision Song Contest, starring roles in the World’s premier musical productions, and last year, a significant role in RTE’s iconic celebration of the 100 year anniversary of the Easter Rising. He has shared stages with the likes of Frank Sinatra, Elton John, and Stevie Wonder and has met all the greats, including Elvis Presley.

    It all began in Mangerton Road in Drimnagh where Colm recalls growing in a house where music was ever-present. By the time he was in his mid-teens singing was getting more of his attention than school work. At just 16 years of age, his rock band toured the US, and soon afterwards he quit school to focus on his music and to work with his Father in the family asphalt business – “I don’t think you would call my leaving school a graduation!” as he re-called in a later interview. After years of playing in several Irish bands, and the occasional gig doing advertising jingles for motor cars, sausages and the like, Colm got perhaps the first taste of his true calling in 1972 when he was cast as Judas Iscariot in the Dublin production of Andrew Lloyd Webber’s and Tim Rice’s Jesus Christ Superstar; a role he went on to reprise in London’s West End. While his parents were no doubt pleased to see his career progress, having her son cast in this role did not sit well with his Mother’s strong Catholic faith!

    Sir Tim Rice who would become a life-long friend of Colm’s recalls having been blown away by this outstanding talent and “speedily nabbed him” to play the role of Che Guevara in the original studio album of Evita. Despite this early taste of the big-time, Colm continued to have to graft as a professional musician, putting in the hard yards, touring Ireland and taking gigs wherever they presented themselves to support the young family he and his wife Deirdre (nee Murphy) were raising in Bray in the early 1970’s. In an appearance on RTE’s Late Late Show around that time Colm was promoting his upcoming appearances with both the Loughrea and Glasnevin musical societies in their productions of Jesus Christ Superstar… and this after him having performed in the West End production! North Dublin and East Galway audiences no doubt couldn’t believe their luck. “You have to go where the bread is man!” as he said to a RTE interviewer around that time.

    The hard work began to pay off. He had solo album that topped the Irish charts and represented Ireland in the 1978 Eurovision Song Contest with the appropriately entitled “Born to Sing”, a song he wrote himself. Colm recalled writing that song in a hotel in Co. Cork after another gig on the road, away from the family, reflecting on the challenges of pursuing his passion: “And a man is born to do one thing and I was born to sing, And I must take the good times and the bad times that it brings And I missed you in the morning but most of all at night And I couldn’t stop the music though I tried with all my might”

    While one senses in reality he probably didn’t try too hard to stop the music (thankfully), the lyrics do give an insight into how deeply music is ingrained in his DNA. It also highlights his awareness of the importance of family and the sacrifices his chosen career could impose on loved ones; no wonder then when greater success came knocking on his door in future years that he always arranged for Deirdre and the kids to travel with him on tour.

    Colm took the leap into international super-stardom in 1985 when he was cast as Jean Valjean in the original production of Les Misérables by the Royal Shakespeare Company at the Barbican Theatre in London, with some of the music having been tailored specifically to harness his unique vocal talents. Ironically Les Mis opened to very bad reviews with critics calling the content too dark. Ultimately however the powerful performances by Colm and his fellow cast members – in particular Colm’s iconic rendition of “Bring him Home” – won over the public, and the rest is now, and will forever be, part of musical and theatrical history. The show transferred to Broadway in March 1987 with the British producers digging in their heels against the American Actors’ Equity Association policy of hiring only American actors. Cameron Mackintosh refused to open the show without Colm as Valjean and, thankfully for North American audiences, Equity ultimately relented. Colm has won countless awards and plaudits for his portrayal of Valjean over the years, with most critics and fans of the show regarding him as the Gold Standard in the role, despite the many fine talents that followed him. In 1989, the Wilkinson clann relocated to Toronto when Colm was offered the title role in The Phantom of the Opera at the Pantages Theatre. Over the course of his 5 years in this role, Colm gave almost 1700 performances, earning nightly standing ovations from an estimated audience in excess of 3 million people in what was one of the most critically acclaimed and commercially successful runs in Theatrical history.

    It is doubtful that any other singer of his calibre could have performed at such a consistently high standard in a gruelling 8 shows per week schedule. It boggles the mind to think of the impact that show likely had on Toronto’s economy in the early 1990’s. His unique contribution to the city of Toronto was marked by Ryerson University with an Honorary Doctorate in 2012 and later, the creation of a Scholarship program in his name, recognition that Colm is particularly proud of. Colm later returned to Les Mis once again, playing Valjean in Toronto’s Princess of Wales Theatre and in Dublin’s Point Depot. He also appeared in the 2012 Hollywood version of the musical, this time playing the role of the Bishop of Digne, alongside Hugh Jackman’s Valjean, hopefully redeeming himself in his late Mother’s eyes for his earlier role as Judas! Colm also played the role of Lord Darcy in the hit Irish – Canadian co-production, “The Tudors”, and performed at a special tribute concert to his long-time close friend, Senator Ted Kennedy in 2009. Colm’s voice is exceptional not just for its quality but also its longevity. As evidenced by his sold out Irish concerts in January & February of this year, despite having unparalleled mileage on the vocal clock, he still retains a powerful singing voice. He has attributed this longevity to “living the life of a monk”, avoiding coffee, alcohol, cigarettes, and dairy products, as well as ensuring proper sleep, diet, and exercise. One other theme you will hear Colm come back to time and time again in various interviews over the years is the support that he has received from his wife Deirdre and how central she has been to his success, how she has been his true inspiration, and the one who kept him going. Colm often remarks how blessed he has been in his family life with the stability, love and grounding that Deirdre and their four (now adult) children, Aaron, Judith, Sarah and Simon brought to his life, offsetting the inevitable nerves and insecurities that come with the artistic territory. Aaron has followed his Dad into the music business as a singer / songwriter, Judith is a Beckettian Art Curator in London, while Simon and Sarah are pursuing careers in Art & Design.

    One of Colm’s most recent stand-out performances was his Easter 2016 cover of the U2 classic “One”, in RTE’s iconic production, “Centenary”, marking the 100th anniversary of the historic Easter Rising. This show powerfully captured the essence of what it means to be Irish, and no doubt will still be essential viewing in the year 2116 when future generations of Irish men and women look back to better understand the first 100 years of the bi-Centenary. As the Irish Independent reviewer wrote in the days after the show: “The simplicity and honesty of the show was deeply affecting. It declared that, despite our differences, we were all of us Irish and on a journey together, but it was Wilkinson’s tingling delivery that truly took the performance somewhere special. He was the perfect choice to sing One – bringing a lifetime of experience and an understanding of the ways Ireland has changed, for better or worse, across recent decades”.
    “One life but we’re not the same We get to Carry each other Carry each other One life One”

    As a resident of Toronto since the late 1980’s, and a Canadian citizen for many years, Colm was perhaps the only emigrant on stage in that Production. Given the central role emigration has had on Irish life in the past 100 years, it was a source of great pride for those of us living ‘out foreign’ to see one of our own front and centre in the celebration of the Centenary. Like most of us Irish living here in Canada, Colm has ended up staying a lot longer than he ever would have expected to at the outset! – “I found what I was looking for in Toronto, good work and a good standard of living”, and like the rest of us he retains his great sense of pride in where he came from, and indeed where he may return to. In common with many Irish that have succeeded over here, his success is due perhaps in part to his unquestionable talent, his work ethic, and the Irish je ne sais quoi – an ability to get on with people while getting the job done. Obviously Colm has scaled heights (and notes!) higher than most of us will ever reach but at heart he is just another hard-grafting Irishman doing the best he can for himself and his family, and doing his country proud along the way. We, his fellow Irish Canadians, salute Colm and his wife Deirdre on the immense pride and prestige their collective efforts have brought to our community. In honouring Colm as our 2017 Irish Person of the Year, the Irish Community here in Toronto and no doubt further afield from Coast to Coast to Coast, are indeed very proud to finally “Bring him Home”.

    Traduction 

    Colm Wilkinson, Personnage irlandais de l'année de Toronto pour 2017, est né dans la banlieue de Dublin de Drimnagh en 1944. Il est arrivé «au milieu» de 10 enfants nés dans une maison très musicale menée par son père Tommy, Et sa mère de Crossmolina, Co. Mayo, Margaret (McDonnell), une chanteuse accomplie et une participante enthousiaste dans le théâtre amateur. Ce serait évidemment une énonciation massive de dire que ces gènes musicaux et théâtraux  ont servi Colm au cours de sa longue et riche carrière, une carrière qui l'a vu rejoindre la petite poignée d'Irlandais ou de femmes qui ont atteint l'absolu Pinacle de leur profession choisie. Brian O'Driscoll, Rory McIlroy, Katie Taylor, U2, Conor McGregor, Colm Wilkinson ... sans doute le classe parmi les quelques Irlandais pour atteindre le numéro 1 mondial. La progression de carrière de Colm n'a pas toujours été linéaire ou directe, mais la combinaison puissante du
     talent et d'une éthique de travail forte a assuré qu'il atteindrait le sommet.

     ...

    Une brève chronologie de sa carrière (jusqu'ici) comprendrait des parts de travail chantant des jingles publicitaires, tournée dans le circuit de cabaret irlandais, en compétition au Eurovision Song Contest, avec des rôles dans les premières productions musicales du monde et l'an dernier, un rôle important dans la célébration iconique de RTE Du centenaire de l'Insurrection de Pâques. Il a partagé les planches avec des gens comme Frank Sinatra, Elton John, et Stevie Wonder et a rencontré tous les grands, y compris Elvis Presley.

    Tout a commencé dans Mangerton Road à Drimnagh où Colm se souvient de grandir dans une maison où la musique était toujours présente. Au moment où il était dans son milieu de l'adolescence, le chant devenait plus de son attention que le travail scolaire. À seulement 16 ans, son groupe de rock a tourné aux États-Unis, et peu après, il a quitté l'école pour se concentrer sur sa musique et pour travailler avec son père dans l'entreprise familiale d'asphalte - "Je ne pense pas que vous serez diplomé! ", Comme il a rappelé dans une interview ultérieure. Après des années de jeu dans plusieurs groupes irlandais, et de concert  faisant des jingles publicitaires pour les voitures, les saucisses etc, Colm a obtenu peut-être le premier goût de sa vraie vocation en 1972 quand il a été jeté comme Judas Iscariot dans la production de Dublin d'Andrew Jésus Christ Superstar de Lloyd Webber et de Tim Rice; Un rôle qu'il a continué à West End de Londres. Alors que ses parents étaient sans doute heureux de voir sa carrière progresser, avoir son fils dans ce rôle n'a pas convenu avec la forte foi catholique de sa mère!

    Sir Tim Rice qui deviendra un ami pour la vie  rappelle comment il a été soufflé par ce talent exceptionnel et "vite pris pour lui" pour jouer le rôle de Che Guevara dans l'album original de studio d'Evita. En dépit de ce goût précoce , Colm a continué  en tant que musicien et chanteur professionnel, en avalant des kms, en tournée en Irlande et prendre des concerts partout où ils se présentaient pour soutenir la jeune famille et sa femme Deirdre (née Murphy) Ils étaient à Bray au début des années 1970. Dans une apparition sur RTE Late Late Show autour de cette époque Colm faisait la promotion de ses spectacles à venir avec les deux sociétés musicales Loughrea et Glasnevin ... et ce, après lui avoir joué dans la production West End! Du nord de Dublin et de l'Est de Galway, les spectateurs ne pouvaient pas croire leur chance. "Il faut aller là où le pain est homme!" Comme il l'a dit à un intervieweur RTE à cette époque.

    Le travail acharné a commencé à porter ses fruits. Il a eu l'album solo qui a été au top des charts irlandais et il a représenté l'Irlande dans le Concours de la chanson d'Eurovision 1978 avec le justement intitulé "Born to Sing", une chanson qu'il a écrit lui-même. Colm a rappelé l'écriture de cette chanson dans un hôtel à Co. Cork après un autre concert sur la route, loin de la famille, en réfléchissant sur les défis de la poursuite de sa passion: «Et un homme est né pour faire une chose et je suis né pour chanter, Et je dois prendre les bons moments et les mauvais moments qu'il apporte Et je vous ai manqué le matin, mais surtout la nuit Et je ne pouvais pas arrêter la musique si j'ai essayé de toutes mes forces "

    Alors que l'on sent en réalité, il n'a probablement pas essayé trop dur pour arrêter la musique (heureusement), les paroles  donnent un aperçu de la profondeur de la musique  enracinée dans son ADN. Il souligne également sa prise de conscience de l'importance de la famille et des sacrifices que sa carrière choisie pourrait imposer aux êtres chers; Pas étonnant alors quand un plus grand succès est venu frapper à sa porte dans les années à venir qu'il a toujours arrangé pour que Deirdre et les enfants puissent voyager avec lui en tournée.

    Colm a pris une stature de star internationale en 1985 quand il a été jeté comme Jean Valjean dans la production originale  Les Misérables par la Royal Shakespeare Company au Barbican Theatre à Londres, avec une partie de la musique ayant été spécialement conçus pour exploiter son unique Talents vocaux. Ironiquement Les Mis a ouvert avec de très mauvaises critiques , des critiques appelant le contenu trop sombre. Finalement, les puissantes performances de Colm et de ses collègues - en particulier la version emblématique de Colm de "Bring him Home" - ont gagné le public, et le reste est maintenant, et sera à jamais, une partie de l'histoire musicale et théâtrale. Le spectacle transféré à Broadway en mars 1987 avec les producteurs britanniques se battant contre la politique de l'Association américaine de l'équité des acteurs pour l'embauche des acteurs américains seulement. Cameron Mackintosh a refusé d'ouvrir le spectacle sans Colm comme Valjean et, heureusement pour les auditoires nord-américains, Equity a finalement cédé. Colm a remporté d'innombrables récompenses et des applaudissements pour sa représentation de Valjean au fil des ans, avec la plupart des critiques et des fans du spectacle le considérant comme le Gold Standard dans le rôle, en dépit des nombreux beaux talents qui l'ont suivi. En 1989, le clan Wilkinson déménagea à Toronto lorsque Colm reçut le rôle dans The Phantom of the Opera au Pantages Theatre. Au cours de ses 5 années dans ce rôle, Colm a donné près de 1700 représentations, gagnant des ovations debout toute les nuits d'un public estimé à plus de 3 millions de personnes dans ce qui a été l'un des plus acclamé par la critique et des succès commerciaux dans l'histoire du théâtre.

    Il est douteux que n'importe quel autre chanteur de son calibre aurait pu se comporter à un tel niveau constamment élevé dans un épuisant 8 spectacles par semaine . Cela laisse penser aux répercussions que l'on peut avoir sur l'économie de Toronto au début des années 1990. Sa contribution unique à la ville de Toronto a été marquée par l'Université Ryerson avec un doctorat honorifique en 2012 et plus tard, la création d'un programme de bourses en son nom, reconnaissance dont Colm est particulièrement fièr. Colm est retourné plus tard sur Les Mis, jouant Valjean dans le Théâtre Princess of Wales de Toronto et dans Point Depot de Dublin. Il a également apparu dans la version 2012 Hollywood de la comédie musicale, cette fois jouant le rôle de l'évêque de Digne, aux côtés de Valjean Hugh Jackman, avec espoir de racheter dans les yeux de sa défunte mère pour son rôle antérieur de Judas! Colm a également joué le rôle de Lord Darcy dans la coproduction irlandaise - canadienne, The Tudors, et a joué lors d 'un concert spécial d' hommage à son ami intime de longue date, le sénateur Ted Kennedy en 2009. La voix de Colm est exceptionnelle non seulement pour sa qualité mais aussi sa longévité. Comme en témoignent ses concerts vendus en janvier et février de cette année, malgré un kilométrage inégalé sur l'horloge vocale, il conserve encore une puissante voix chantante. Il a attribué cette longévité à «vivre la vie d'un moine», en évitant le café, l'alcool, les cigarettes et les produits laitiers, tout en assurant un bon sommeil, un régime alimentaire et de l'exercice. Un autre thème, vous entendrez Colm revenir maintes et maintes fois dans diverses interviews au fil des ans est le soutien qu'il a reçu de son épouse Deirdre et comment centrale elle a été à son succès, comment elle a été sa véritable inspiration . Colm remarque souvent comment il a été béni dans sa vie de famille avec la stabilité, l'amour que Deirdre et leurs quatre enfants (maintenant adultes), Aaron, Judith, Sarah et Simon ont apporté à sa vie, compensant les angoisses inévitables et les insécurités qui viennent avec le monde artistique. Aaron a suivi son père dans l'industrie de la musique en tant que chanteur / compositeur, Judith est conservatrice d'art Beckettian à Londres, tandis que Simon et Sarah poursuivent des carrières en Art et Design.

    ONE est une des plus récentes représentations de Colm pour Pâques 2016 du classique de U2 , dans la production emblématique de RTE, «Centenary», qui marque le 100e anniversaire des Insurections historique de Pâques. Ce spectacle a pu capturer l'essence de ce que signifie être irlandais, et sans doute sera encore essentiel à regarder en l'an 2116 lorsque les générations futures d'hommes et de femmes irlandais regarderont en arrière pour mieux comprendre les 100 premières années du bicentenaire. Comme The Irish Independant a écrit dans les jours après le spectacle: «La simplicité et l'honnêteté du spectacle a été profondément touchant. Il a déclaré que, en dépit de nos différences, nous étions tous irlandais et sur un voyage ensemble, mais c'était les frissons de la performance de Wilkinson  qui a vraiment amené  quelque chose  de spécial. Il a été le choix parfait pour chanter One - apportant une vie d'expérience et une compréhension des façons dont l'Irlande a changé, pour le meilleur ou pour le pire, au cours des dernières décennies ».
    "Une vie mais nous ne sommes pas les mêmes Nous arrivons à prendre soin des uns des autres Prendre soin des uns des autres Une vie Un"

    Résident de Toronto depuis la fin des années 1980 et citoyen canadien depuis de nombreuses années, Colm était peut-être le seul émigrant sur scène dans cette production. Étant donné le rôle central que l'émigration a eu sur la vie irlandaise au cours des 100 dernières années, il était une source de grande fierté pour ceux d'entre nous qui vivent «à l'étranger» de voir l'un de nous mis en  avant et au centre dans la célébration du Centenaire. Comme la plupart d'entre nous irlandais vivant ici au Canada, Colm a fini par rester beaucoup plus longtemps qu'il ne l'aurait jamais prévu au début! - «J'ai trouvé ce que je cherchais à Toronto, un bon travail et un bon niveau de vie», et comme le reste d'entre nous, il conserve son grand sentiment de fierté d'où il est venu et où il peut revenir. En commun avec de nombreux Irlandais qui ont réussi ici, son succès est dû peut-être en partie à son talent incontestable, son éthique de travail, et ce je ne sais quoi irlandais - une capacité de s'entendre avec les gens tout en faisant le travail. De toute évidence, Colm a augmenté ses hauteurs (et les notes!) plus élevé que la plupart d'entre nous atteindra jamais, mais au fond, il est juste un autre irlandais "dur-greffage" faisant le meilleur qu'il peut pour lui-même et sa famille et faisant son pays fier. Nous, ses compatriotes irlandais, saluons Colm et sa femme Deirdre pour l'immense fierté et le prestige que leurs efforts collectifs ont apporté à notre communauté. En honorant Colm en tant que Personne irlandaise de l'année en 2017, la communauté irlandaise ici à Toronto et sans aucun doute plus loin, d'un océan à l'autre, est en effet très fière de finalement «l'amener à la maison».

     

     

    Pour ceux qui veulent voir ce magnifique spectacle dansé et chanté en entier de prés d'1h 30 je mets un autre article avec sa vidéo .

     

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    4
    Jeudi 2 Mars à 13:37

    bonjour Nadine

    je viens d'écouter ce beau concert , il a une superbe voix , et je découvre ce chanteur , c'est magnifique , ça change un peu de mes musiques , moi suis plutôt pour les chansons françaises , c'est ce que j'écoute le plus ..  Merci pour ce bel instant , bonne journée , bisou bisousssss

    3
    geoss
    Lundi 27 Février à 10:39

    bonjour Nadine

    très belle version de Colm je ne la connaissai pas ... merci

    bonne journée à toi

    bisous ... Georges

    2
    Lundi 27 Février à 10:25

    merci de l'article et sa traduction

    superbe interpretation de ONE

    cela change de la version de U2, c'est une autre sensation

    cette reprise est bien agreable aussi

    1
    Elantra
    Dimanche 26 Février à 01:17
    Elantra

    Allô p'tite soeur,

    J'aime bien quand une personne nous désigne comme "Une seule personne". On est tous égaux dans le monde mais il y en aura toujours qui dirons le contraire. J'imagine qu'il sera applaudit à Toronto par plusieurs Irlandais et aussi des Canadiens qui l'aime et qui le suive depuis de nombreuse années comme tu le fait. Il n'est donc plus jeune, s'il est né en 1944 ce qui lui donne 72 ans. Un temps de guerre qu'il a survécu en partant de la maison. Il doit bien pensé à toutes ces années de temps en temps.

    Bisous et bonne journée,

    Ton p'tit frère qui t'aime bien.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :