•  

     

     

     

    You'll Never Walk Alone

    Wikipédia

    You'll Never Walk Alone est une chanson écrite par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II en 1945 pour une comédie musicale, Carousel. C'est devenu un standard, repris par de très nombreux artistes, et l'hymne de plusieurs équipes de football.

    À l'origine, You'll Never Walk Alone est ainsi créée pour Carousel. Dans l'histoire, elle arrive au moment du décès de Billy Bigelow, afin d'encourager Julie Jordan, enceinte et ayant un enfant à charge. Elle est également reprise à la fin, lorsque leur fille, Louise, obtient son diplôme.

    Le succès de la chanson est dû à son histoire : à cette époque, pendant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de gens dans le public avaient un proche sur le front en Europe ou dans le Pacifique Sud.

     

    Colm Wilkinson - Show PBS - 1998

     

     

    When you walk through a storm
    Quand tu marches dans la tempête
    Hold your head up high
    Garde ta tête haute
    And don't be afraid of the dark
    Et ne sois pas effrayé par l'obscurité
    At the end of the storm
    A la fin de l'orage
    Is a golden sky
    Il y a un ciel doré
    And the sweet silver song of a lark
    Et le doux chant argenté d'une alouette

     

    Walk on through the wind
    Continue de marcher dans le vent
    Walk on through the rain
    Continue de marcher sous la pluie
    Tho' your dreams be tossed and blown
    Bien que tes rêves soient ballotés et emportés

    Walk on, walk on
    Continue de marcher, continue de marcher
    With hope in your heart
    Avec l'espoir dans ton coeur
    And you'll never walk alone
    Et tu ne marcheras jamais seul
    You'll never walk alone
    Tu ne marcheras jamais seul

     At the end of the storm
    A la fin de l'orage
    Is a golden sky
    Il y a un ciel doré
    And the sweet silver song of a lark
    Et le doux chant argenté d'une alouette

     Walk on through the wind
    Continue de marcher dans le vent
    Walk on through the rain
    Continue de marcher sous la pluie
    Tho' your dreams be tossed and blown
    Bien que tes rêves soient ballotés et emportés
    Walk on, walk on
    Continue de marcher, continue de marcher
    With hope in your heart
    Avec l'espoir dans ton coeur
    And you'll never walk alone
    Et tu ne marcheras jamais seul
    You'll never walk alone
    Tu ne marcheras jamais seul

     They'll be there  

    Ils seront là

    I 'll be there for you 

    Je serais là pour toi

    I'll be there for you 

    Je serais là pour toi

    Through the Wind

    Dans le vent

    Through the rain 

    Sous la pluie

    Through the storm  

    Dans la tempête

    You'll never  ....... walk alone 

    Tu ne marcheras jamais seul

     

     

     

     

     

     

    Versions françaises

     

    Adaptation française écrite par Jean-Claude Annoux

     

    Rien que toi

     

    Richard Anthony - 1964

     

     

    Dick Rivers - 1964

     

     

    Rien Que Toi
    Toujours toi
    Encore toi
    Rien Que Toi
    Tu m'as tant donné
    Tout donné
    Mais voilà
    Aujourd'hui
    Tu t'en vas
    C'est fini
    Si tu crois
    Que c'est mieux
    Je t'en prie
    Va-t'en!
    Si tu peux!
    Va-t'en!
    Si tu veux!
    Tu ne peux plus rien
    Me prendre
    Je t'aime!
    Oh! Oui, je t'aime!
    Même si tu t'en vas
    Tu peux bien m'oublier
    M'échapper
    Pour moi
    Reste- là!
    Oh! Moi, je t'aime
    Oh! Oui, je t'aime!
    Au-delà de tout
    Car pour moi dans la vie
    Il n'y a
    Que toi!

    Et rien que toi


    7 commentaires
  •  

     

     

    Photos concert source Instagram  

    Instagram rhymeswithspark

    Concert Centre In The Square, Kitchener - Ontario - ( Canada) - 2 Décembre 2016

     

     

    Un autre magnifique concert où le public a pu apprécier toute l'étendue de l'immense talent de Colm Wilkinson qui semble malgré ses problèmes de dos dans une forme vocale remarquable

     

     

    Source facebook 

    She's Leaving Home

    Extrait  

     

    Man Of The Mancha

    Extrait  

     

     

    Source Youtube 

     Une vidéo de la fin , un peu flou mais son très bon et surtout à la fin une note qui s'élève ... s'élève ... une petite merveille , je vous recommande vraiment d'écouter jusqu'au bout .

     

     

    Bring Him Home

     

     

     Imagine-Peace

     

     

    Hallelujah    

     

    Une pincée de Johnny Cash

     

     

     

    Une autre petite merveille

     

    One of U2 

     

     

     

     Petite question : laquelle  préférez-vous ? 

     

    Photos concert source Instagram

    Concert Centre In The Square, Kitchener - Ontario - ( Canada) - 2 Décembre 2016

     

     

    Instagram rhymeswithspark

    Concert Centre In The Square, Kitchener - Ontario - ( Canada) - 2 Décembre 2016

     

     

     


    22 commentaires
  •  

     

    Je respire où tu palpites

     

    Serge Kerval

    Album Serge Kerval chante Victor Hugo - 1982

     

    Victor Hugo en chansons ...   Je respire où tu palpites - Serge Kerval

    Wikipédia

    Serge Kerval est un chanteur breton, né à Brest le 2 avril 1939 et mort à Nantes le 4 juin 1998, principalement interprète de chansons traditionnelles.

    Serge Kerval est un interprète et compositeur de chanson française. Disciple de Jacques Douai, il chante à partir des années 1960 dans les cabarets Rive gauche, puis dans les Instituts français à l'étranger, ainsi que sur les campus des universités américaines (en particulier en Louisiane) au début des années 1980. Il devient ainsi un représentant à l'étranger de la chanson française traditionnelle à texte. Il interprète des chansons traditionnelles de différentes régions de France et de francophonie provenant de collections (Bretagne, Vendée, Champagne, Auvergne, Acadie, etc.), et de chanteurs qu'il affectionne (Léo Ferré, Charles Trenet, Félix Leclerc, Anne Sylvestre, Bob Dylan.

    À partir de 1973, il compose également des chansons, bien souvent à partir de textes de son ami Jacques Durand-Desjeux.

    À partir de 1982, il met en musique des séries de textes de poètes, parmi lesquels Victor Hugo, Pierre Seghers, Hervé Bazin, Alfred de musset, Jules Verne.

    En 1986, il obtient le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros.

    Il résume son parcours dans 35 ans de chansons, 35 ans de passion (1996).

     

     

     

    Je respire où tu palpites,
    Tu sais ; à quoi bon, hélas !
    Rester là si tu me quittes,
    Et vivre si tu t'en vas ?

    A quoi bon vivre, étant l'ombre
    De cet ange qui s'enfuit ?
    A quoi bon, sous le ciel sombre,
    N'être plus que de la nuit ?

    Je suis la fleur des murailles
    Dont avril est le seul bien.
    Il suffit que tu t'en ailles
    Pour qu'il ne reste plus rien.

    Tu m'entoures d'Auréoles;
    Te voir est mon seul souci.
    Il suffit que tu t'envoles
    Pour que je m'envole aussi.

    Si tu pars, mon front se penche ;
    Mon âme au ciel, son berceau,
    Fuira, dans ta main blanche
    Tu tiens ce sauvage oiseau.

    Que veux-tu que je devienne
    Si je n'entends plus ton pas ?
    Est-ce ta vie ou la mienne
    Qui s'en va ? Je ne sais pas.

    Quand mon orage succombe,
    J'en reprends dans ton coeur pur ;
    Je suis comme la colombe
    Qui vient boire au lac d'azur.

    L'amour fait comprendre à l'âme
    L'univers, salubre et béni ;
    Et cette petite flamme
    Seule éclaire l'infini

    Sans toi, toute la nature
    N'est plus qu'un cachot fermé,
    Où je vais à l'aventure,
    Pâle et n'étant plus aimé.

    Sans toi, tout s'effeuille et tombe ;
    L'ombre emplit mon noir sourcil ;
    Une fête est une tombe,
    La patrie est un exil.

    Je t'implore et réclame ;
    Ne fuis pas loin de mes maux,
    O fauvette de mon âme
    Qui chantes dans mes rameaux !

    De quoi puis-je avoir envie,
    De quoi puis-je avoir effroi,
    Que ferai-je de la vie
    Si tu n'es plus près de moi ?

    Tu portes dans la lumière,
    Tu portes dans les buissons,
    Sur une aile ma prière,
    Et sur l'autre mes chansons.

    Que dirai-je aux champs que voile
    L'inconsolable douleur ?
    Que ferai-je de l'étoile ?
    Que ferai-je de la fleur ?

    Que dirai-je au bois morose
    Qu'illuminait ta douceur ?
    Que répondrai-je à la rose
    Disant : " Où donc est ma soeur ?"

    J'en mourrai ; fuis, si tu l'oses.
    A quoi bon, jours révolus !
    Regarder toutes ces choses
    Qu'elle ne regarde plus ?

    Que ferai-je de la lyre,
    De la vertu, du destin ?
    Hélas ! et, sans ton sourire,
    Que ferai-je du matin ?

    Que ferai-je, seul, farouche,
    Sans toi, du jour et des cieux,
    De mes baisers sans ta bouche,
    Et de mes pleurs sans tes yeux !

     

    Victor Hugo - Les Contemplations -


    3 commentaires